L’âme et conscience – 3 – L’âme

20 décembre 2017

La complétude – 4/5 – La perfection et la vérité

20 décembre 2017

Les fêtes de fin d’année

20 décembre 2017
empty image
empty image

Le symbole des fêtes de fin d’année

Les deux fêtes de Noël et du Jour de l’an nous mettent devant des questions et décisions essentielles, mais aussi les engagements, que nous pourrions prendre pour l’année qui vient.

Noël

Noël est un moment privilégié pour confier à ceux que nous aimons l’amour que nous leur portons.
Oui, c’est une fête tournée vers l’amour, qui est le moteur de toute vie.
L’enfant pour rejoindre sa maman qu’il aime, apprend à marcher pour la rejoindre physiquement, et à parler pour la rejoindre affectivement.
L’adolescent, par amour pour l’autre qu’il veut rejoindre intimement, apprend les mots et les gestes de l’amour, qui l’amèneront à la première relation sexuelle et ainsi de suite …
Dans chaque étape de l’existence, il y a un amour vers lequel on va, et un apprentissage qui l’accompagne pour accomplir cet amour.

YouTube (« les amours d’une vie » ..vidéo 1) – (« les amours d’une vie » ..vidéo 2)

A Noël, cet amour se manifeste par des moments chaleureux ensemble et par des cadeaux. Ces cadeaux ne devraient donc pas être l’objet de commerce, mais le résultat d’un élan du cœur, qui lui n’a pas besoin d’argent pour dire l’amour.
D’ailleurs, mieux nous saurons dire l’amour au cours de l’année, moins nous aurons besoin de cette fête pour rattraper le temps perdu.
Trop souvent, les cadeaux sont un moyen de compenser l’incapacité ou le manque de courage à manifester l’amour. Alors, on achète cher pour acheter l’amour. Personne n’est dupe, mais les apparences sont sauves.
A Noël, nous sommes donc inspirés à exprimer l’amour, et ainsi apprendre à mieux aimer.

Choisir un cadeau ?

Pour faire un cadeau nous pouvons nous demander ce qui manque à l’autre, ce qui lui ferait vraiment plaisir. Devenir capable de se glisser en lui, dans son manque pour le combler. Or, quand on connaît un peu l’âme humaine, on sait que le manque essentiel est en premier lieu, le manque d’amour. Ce manque peut venir de ce qu’il n est pas manifesté ou exprimé maladroitement.
Faire un cadeau peut ne rien coûter, si ce n’est du temps et un effort à mieux dire l’amour, comme dans les exemples que je donnais en décembre 2015 : Noël, des cadeaux pour l’âme.

Noël un fête chrétienne ?

Dans la chrétienté, à Noël, le Père donne à l’homme ce qu’il a de plus cher, son fils, par l’intermédiaire de Marie. C’est aussi un temps de paix, comme cela s’est manifesté durant la guerre de 14-18 entre les Allemands et les Français dans la trêve de Noël.
Aujourd’hui partout dans le monde toutes les communautés chrétiennes fêtent l’amour et la paix ce jour là.

Manifester l’amour au-delà du cercle restreint de sa famille

Dans les générations qui nous ont précédés, l’entraide de proximité était très présente car souvent indispensable, au moins dans les campagnes. Il y avait une place à table pour accueillir l’autre, le voisin sans famille, la personne de passage ou en difficulté.
Et nous aujourd’hui, comment actualiser cet amour au-delà de notre famille ?
Il existe beaucoup de personnes seules, car loin de leurs proches ou par manque de famille. Pourquoi ne pas inviter l’une d’entre elles chez nous pour Noël ?

Le Nouvel An

Je vois dans la fête du Nouvel An, un aspect complémentaire à celle de Noël. Après avoir exprimé notre amour à Noël, nous pourrions faire ce vœu de nous engager à faire grandir l’amour en nous et autour de nous.
C’est non seulement une nouvelle étape pour notre vie personnelle, mais aussi un nouvel élan pour participer, par ce désir d’amour pour nous tous, à la grande histoire de l’humanité.
Depuis 4,6 milliards d’année, toutes les formes de vie qui nous ont précédés ont apporté leur part à l’évolution de la vie humaine, alors nous pourrions nous aussi y amener notre contribution.
Le Nouvel An, c’est l’occasion de s’engager à continuer cette évolution, par une participation humble mais consciente, en concrétisant le pas suivant.
C’est aussi la fête de la Vie, du renouveau, avec ce souhait que cette Vie sur Terre se perpétue, d’autant que des chercheurs comme Emmanuel ROBERT de l’Observatoire de Grenoble (OSUG), nous indiquent que notre planète et l’évolution humaine sont en danger.

Un vœu pour l’année qui vient

Mon vœu est que chacun de nous soit un artisan de paix, d’abord en lui-même et par contagion, autour de lui, et se mette à pratiquer un exercice simple, qui se fait en deux, puis en cinq étapes, avec un peu d’entrainement.
Cet exercice est conçu pour apprendre à faire la paix en nous dans nos moments de conflits quotidiens.

Etape 1. Au moment de l’apparition d’une tension, d’un agacement ou d’une souffrance, prendre un temps de recul pour se tourner vers sa douleur intérieure et ne plus rester focalisé sur les circonstances extérieures qui ont fait naître l’émotion dérangeante.

Etape 2. Avoir le courage d’éprouver cette douleur dans son intimité dans le but de l’identifier. Au début, on s’arrête à ce stade de l’exercice.

Etape 3. Cependant, si cette douleur est perçue avec assez de précision, elle fera venir un sentiment de connu et même parfois de si connu, qu’il va faire remonter un ou des souvenirs.

Etape 4. A ce stade, nous pouvons faire l’effort de comprendre dans un seul souvenir, le point de vue de l’enfant que nous étions et qui a souffert.

Etape 5. Enfin, reste à faire l’effort de comprendre le monde des personnes (adultes le plus souvent) qui ont été à l’origine de notre souffrance dans ce même souvenir.
Cela produit un apaisement en nous dans la situation présente.

Laissez un commentaire