Être ce que l’on dit

30 août 2018

Couple : une femme ou un homme averti en vaut deux

30 août 2018
empty image

Il y a quelques années, à la fin d’une conférence, le biologiste, botaniste et écologue Jean-Marie Pelt, disait à peu près ceci : « Ce qui m’étonne le plus chez l’humain c’est qu’il se lance dans l’aventure du couple sans trop savoir ce qui l’attend et dans l’aventure de la parentalité sans non plus savoir ce qui l’attend ». Bien sûr, j’ai applaudi longuement…

45 ans de gynécologie obstétrique et un parcours personnel, m’avaient mis devant l’évidence qu’il faudrait se préparer très sérieusement à ces deux expériences.

On apprend tout sur terre, sauf l’essentiel : aimer…

Prince charmant et princesse charmante, ou prince noir et fée Carabosse

Qui sait et tient compte du fait que l’amour est exigeant, qu’il demande un dépassement constant ?

Qui sait que l’amour dans le couple n’est pas la rencontre d’un prince charmant et d’une princesse charmante, mais que ce niveau d’amour s’inscrit dans l’apprentissage à aimer qui occupe, ou devrait occuper devrais-je dire toute une vie .

Les amours d’une vie

Après l’amour fusion de la vie intra-utérine, l’amour dépendant de la petite enfance, l’amour obéissant aux lois de la famille de l’enfance et l’amour aux compromis impossibles de l’adolescence, vient l’amour aux accords possibles du couple.

Accorder deux personnalités différentes, parce que chacune a une vision du monde dûe à son histoire personnelle différente de l’autre.
Mais aussi accorder deux façons de voir et de penser différentes, une féminine, une masculine pour se rendre compte un jour qu’elles sont complémentaires.
Alors au lieu de supporter des différences chacun devient le meilleur soutien  de l’autre en lui amenant, quand il en a besoin, une partie de la perception qui lui manque.

Accorder vient de cœur. Accorder c’est rencontrer, c’est apprendre à aimer dans l’étape du couple.
Ainsi l’aventure de l’amour qui s’étend dans l’espace, dans le temps et dans la profondeur pourra continuer sa route jusqu’au dernier jour de notre existence.

Comment s’y prendre ?

Il s’agit plus largement d’une triple réconciliation qui sera suivi d’une triple relation, car une fois réconcilié la relation va se rétablir : se réconcilier avec soi-même, avec l’autre et avec la vie.

La réconciliation avec soi-même, coupé en deux entre grands espoirs et grandes déceptions passe majoritairement par une réconciliation avec notre passé et ceux qui nous ont pris en charge dans la petite enfance, l’enfance et l’adolescence. Il nous faudra comprendre intimement, c’est-à-dire depuis le cœur et non depuis l’intelligence, le monde de l’enfant que nous étions et celui des adultes qui nous entouraient.

La réconciliation avec l’autre dans notre présent que nous accusons d’être à l’origine de nos souffrances par son comportement. Il nous faudra faire l’effort de comprendre que c’est à nous de dépasser nos souffrances, et comprendre aussi le monde de l’autre qui souffre également.

La réconciliation avec la vie que nous accusons de ne pas avoir pris, ou de ne pas prendre soin de nous. Pour comprendre la vie, il nous faudra contempler l’histoire de la vie – la phylogenèse – et découvrir comment elle s’y prend après le minéral, le végétal et l’animal, pour faire sortir peu à peu de sa gigantesque matrice, l’homme aujourd’hui encore en gestation.

L’avenir

Une fois réconciliés nous quittons peu à peu une perception de la réalité déformée par nos souffrances passées et disposerons de « l’ici et maintenant » dont parlent les sagesses.

Alors nous serons devant le fait que depuis 4,6 milliards d’années, toutes les formes de vie qui nous ont précédées ont amenées leur pierre à l’évolution, et que nous aussi nous avons à faire notre part, à apporter notre contribution.

Pour moi le couple est une étape qui s’inscrit dans cette dynamique de l’amour qui grandit dans toutes les directions.

Une fois la femme et l’homme avertis que comme tout apprentissage le couple demande de mobiliser son courage et toutes ses ressources, une fois avertis des étapes parfois difficiles que tout couple rencontre un jour, la femme et l’homme ne pourront plus être étonnés quand ces difficultés surviendront. Ils sauront les attendre et y faire face.

La génération de la paix

Alors un nouveau couple émergera du précédent, plus fort, plus respectueux et plus complémentaire, plus joyeux et plus juste dans la parentalité. Alors la génération de la paix aura fait un grand pas dans l’histoire personnelle, l’histoire de nos sociétés et l’histoire de la vie.

Une femme avertie en vaut deux.
Un homme averti en vaut deux.

Laissez un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.