Confidences d’un gynécologue à une femme infertile et son homme – 2ème partie

11 mars 2016

Les différents degrés de plaisir

11 mars 2016

La violence en chiffres et en questions

11 mars 2016
empty image
empty image

J’ai été invité à animer 2 jours de formation sur les violences sexuelles, dans le cadre de la formation des conseillères conjugales à Grenoble.

J’ai dû pour l’occasion, actualiser mes connaissances. La situation dans le monde entier est épouvantable, pire que le pire des films d’horreur. La violence sexuelle très fréquente n’y est pas pour rien on s’en doutait…

Les résultats des enquêtes effectuées par l’O.M.S. entre 2002 et 2012 sont affligeants.
Pour exemple :
– Au minimum 1 femme sur 5 a subi de la violence.
– Les études menées dans des pays très divers montrent que 40 à 70 % des femmes victimes de meurtre ont été tuées par leur époux ou leur petit ami.

Les chiffres spécifiques à la violence conjugale montrent que dans l’immense majorité des cas  l’homme est auteur de la violence, la femme est celle qui la subit.
Rien qu’en France la violence conjugale fait par an :
– 200.000 femmes victimes
– 75000 viols (un viol toutes les 7 minutes !)
– 250 morts

La violence et tout particulièrement la violence conjugale, est à ce jour le premier enjeu de santé publique.

Qui propose une solution plutôt que de se lamenter ?
Qui décide de s’y mettre au lieu de seulement en faire un sujet de conversation ?
Et vous qui lisez ces lignes qu’en pensez-vous ?

En ce qui me concerne, je pense que la première action que chacun de nous peut faire immédiatement, c’est de s’occuper de sa propre violence au lieu de s’occuper de celle des autres.

L’engouement récent des nouvelles générations pour toutes les formes de méditations est déjà un signe d’espoir. D’évidence tous les humains aujourd’hui sont invités à plonger en eux-mêmes pour se connaître et apprendre à apaiser la violence qui se cache en eux. Reste à ceux qui ne s’y sont pas encore mis à le décider et se mettre en route.

D’évidence, la journée internationale des droits des femmes du 8 mars a encore un très long avenir…

2 comments

  1. J’avoue être très surprise par ce texte. Je croyais que c’était les médias qui parlaient plus des violences conjugales en France mais sans pour autant être une réalité. A une époque où le mariage est maintenant un choix (et non plus imposé), comment peut on maltraiter celui ou celle que l’on a choisi par amour? comment se fait-il que de plus en plus d’êtres humains n’aient plus les filtres psychiques pour ne pas aller jusqu’à l’acte? Est ce parce que la sexualité est plus débridée qu’il y a un siècle et qu’on va plus dans des zones « primaires » de notre être, et que certains ne seraient plus en mesure de faire la différence entre la vie quotidienne et l’acte sexuel?

    1. La violence a toujours fait partie du comportement humain. Lors des guerres par exemple le viol des femmes est considéré comme une arme utilisable pour avilir l’ennemi et faire naître des enfants issu des vainqueurs. Je laisse bien sûr l’entière responsabilité de ses propos sous humains, à ceux qui pensent comme ça.

      En fait la violence conjugale n’est qu’une forme de violence parmi d’autres et dans notre société le culte de la violence est partout: à la télévision, dans les films, dans les jeux vidéos. Comme si finalement l’homme était dans une profonde contradiction, avec une soi-disant aversion pour la violence et en même temps un attrait morbide qu’il fait qu’il s’en délecte. A méditer…

      Quant à l’amour qui fait qu’un couple décide de vivre ensemble, tout est à faire ! Car l’illusion du grand amour ne tient pas avec le temps et il faut apprendre à vivre et bien vivre avec sa propre imperfection et celle de l’autre : un programme qui rebute la plupart qui préfèrent penser que l’autre est responsable de sa douleur. Donc il lui paraît « licite » de se venger de lui par la violence.

      Enfin la sexualité ne peut en rien être associée à la violence (ou alors c’est une perversion), puisque la règle absolue de toute relation sexuelle, est que les deux partenaires aient du plaisir, quelle que soit la pratique sexuelle.

Laissez un commentaire