Confidences d’un gynécologue à une femme infertile et son homme

4 mars 2016

La violence en chiffres et en questions

4 mars 2016

Confidences d’un gynécologue à une femme infertile et son homme – 2ème partie

4 mars 2016
Végétal poussant dans le désert
empty image
Végétal poussant dans le désert

[Première partie]

L’enfant c’est la vie qui palpite, c’est le corps qui frémit à l’unisson d’un autre, c’est l’aventure si précieuse de la vie que vous vouliez accompagner à travers cet enfant.  Rien ne peut endiguer cet élan, car arrêter la vie c’est mourir : la simple intelligence le dit, mais vous, vous le savez bien mieux depuis le fond de votre cœur.

Ni la technique, incapable parfois d’offrir une solution, ni cet enfant qui se dérobe encore et toujours ne doit pouvoir y faire obstacle. Fait-on obstacle à la pousse du végétal au printemps ? Qui s’y risquerait en espérant réussir ? Des petites pousses bien fragiles traversent le goudron et cassent parfois le béton. Cette force de vie vous ne pourrez l’empêcher, la museler en vous sans un risque énorme ! Vous ne devriez jamais sortir brisée ni même déçue de cette expérience si difficile. Jamais ! Alors que faire ?

La vie a une très longue histoire de 4,6 Milliards d’années, y participer est la plus belle aventure qui soit et chacun de nous y est convié ; la femme plus que l’homme car ce but appartient à sa nature profonde, comme un aspect essentiel de l’accomplissement de son être. Vous êtes conviée à y participer plus que quiconque, puisque vous en souffrez plus que quiconque !

Vous le savez bien, vous qui êtes là devant moi avec tout votre chagrin ; porter la vie, protéger la vie chez l’humain, mais c’est simplement vouloir aimer, et vous voulez aimer ! Mais aimer peut-il seulement dépendre de l’arrivée de cet enfant improbable? Au cours de votre vie vous avez rencontré trois premiers amours obligatoires : l’amour pour votre maman dans la petite enfance, l’amour pour votre papa et la famille dans l’enfance, l’amour pour  l’autre en dehors de votre famille dans l’adolescence, comme si votre capacité à aimer, notre capacité à aimer prenait de l’ampleur, gagnait un cran d’amplitude à chaque fois, comme si vous, moi et tous les humains étions appelés à aimer de plus en plus large toute notre vie, à porter notre regard – et notre cœur surtout – plus loin, plus haut.
Dans mon expérience, après ces 3 amours obligatoires il y en a deux facultatifs : le couple et l’enfant, pour nous préparer aux trois suivants qui sont laissés à notre entière liberté. Le 6ème est une réconciliation profonde avec nous-même et notre passé, qui fera émerger notre individualité unique, irremplaçable. Le 7ème avec tous les êtres que cette individualité irremplaçable pourrait naturellement aider. Le 8ème dans la dernière étape de la vie, avec toute l’humanité dans l’ordinaire des rencontres quotidienne où nous pourrons parvenir à aimer tous les humains, bien au-delà de notre couple ou des enfants que nous avons eu ou pas.

Je crois qu’il est attendu bien plus de notre jeune espèce que simplement avoir un petit – à l’image des espèces qui nous ont précédées – car la vie n’est plus en danger par manque de nombre d’individus. L’infertilité signale qu’une autre dimension de l’amour arrive, qu’une nouvelle dimension est enfin possible.

D’ailleurs ce rendez-vous difficile que vous avez aujourd’hui, toutes les femmes l’auront un jour. Quand elles verront les enfants qu’elles ont eus s’envoler vers leur propre vie, elles se poseront la question « Mon amour doit-il se refermer sur mon couple et les quelques amis que ma vie de parents m’a laissé le temps d’aimer, ou ma capacité d’aimer doit une fois encore franchir un cap ? Quel cap ? »

Je vais surement sûrement vous choquer mais tant pis…Vous avez tremblé un peu en venant me voir, vous aviez peur des mots que vous alliez prononcer, de ce que j’allais répondre ? Cette fois c’est l’inverse, c’est moi qui tremble un peu, qui ai peur des mots que je vais prononcer, de ce que vous allez me répondre…Vous voyez à cet instant je vous comprends totalement, je sais ce que vous avez éprouvé car je l’éprouve à mon tour.

Dans les 8 expériences d’amour possible sur terre vous avez le droit de sauter une classe parce que vous êtes meilleure élève que moi. Vous pouvez passer directement du 4ème amour au 6ème, seulement si vous le voulez, seulement si vous le décidez et je tremble devant votre décision, car ce n’est pas le même avenir pour vous, ni pour moi et ma médecine à qui vous êtes venue vous confier, et qui ai le rôle difficile de tenter de vous accompagner. Ce n’est plus vous qui venez me voir en espérant mon aide… ce n’est plus vous qui venez me voir avec un grand espoir, c’est moi qui vient avec un immense espoir. Je viens vous supplier de ne pas vous perdre en route parce que je connais les dangers. Vous espériez douloureusement un enfant en venant me consulter. Aujourd’hui je crois pleinement en vous, en l’amour bien plus grand donc vous êtes capable, si vous le voulez, si vous y croyez, si vous le décidez… si vous croyez en vous autant que je crois en vous. Je vous le disais tout est maintenant entre vos mains. Je connais la route pour l’avoir empruntée. Si vous voulez, je vous accompagnerai sur ce chemin subtil, délicat et plein de l’amour que vous cherchez tant.

Laissez un commentaire